?

Log in

No account? Create an account
Barbie
27 August 2009 @ 04:56 pm
Bon, voilà quelques jours que j'ai quitté Arbonne pour rentrer en Bretagne.

Je ne sais pas quoi dire de ces 3 semaines, tellement elles ont été belles et fortes en émotion.

Des vacanciers, adorables, gentils, prévenants, toujours prêts à rendre service ou à faire plaisir (enfin, presque tout ^^).
De ce paysage, si différent de chez moi, mais tellement beau, surtout le soir, quand le soleil se couche entre les montagnes.
Et de mon équipe, fidèle au poste, les mêmes tarés avec quelques pièces supplémentaires toutes aussi chouettes.

J'arrive pas à reconnecter.
Et faut dire que certain éleveur de papillons ne me facilite pas la tâche.
Mais qu'importe, je me sens bien.
Vraiment.
Des étoiles dans les yeux et des papillons au ventre.
Et ça faisait longtemps.
Et ça fait trop du bien.
 
 
Barbie
27 July 2009 @ 12:48 pm
Me voilà de retour de ma première colo...

Et je suis mitigée, parce que oui, je me suis bien amusée, j'ai fait de belles rencontres et certains mômes resteront dans ma mémoire un bon bout de temps.

Mais à côté de ça, je suis crevée, exténuée, mes nerfs ont été mis à rudes épreuves, j'ai eu l'impression d'exploser certains jours.
Je parlais des belles surprises de l'animation, et bien parfois, ça ressemblerait presque à un cauchemar dont on attend la fin, sans trop savoir pourquoi. Parce qu'on ne se sent pas à sa place peut-être.

Je reste quand même hyper fière de moi, d'avoir réussi à ramener un minibus d'Epinal en une journée, sans accident alors que je n'en avais jamais conduit de ma vie ! La classe à Dallas quoi !

Là, je vais hiberner jusqu'à dimanche. Et puis, zouh, je repars.
Mais plus tranquillement, je sais où et avec qui je vais atterrir et j'ai plus que hâte de les retrouver.
On va s'éclater (surtout que cette fois-ci je pars armée ! niak niak niak !)
 
 
Barbie
30 June 2009 @ 06:26 pm
Pendant les sessions de BAFA, on raconte souvent que la promiscuité et la mise à l'écart du groupe par rapport à la société, ça crée des liens forts. Pour ceux qui ont vécu cette expérience, on passe une semaine avec des gens qu'on ne connait pas et quand on les quitte, on a le coeur déchiré.

C'est étrange parce que dans la vie de tous les jours, on croise des gens, souvent, pendant plusieurs années, et au final, on n'a jamais rien à leur dire.

Ce lien, je ne l'ai connu que dans l'animation. on vient pour bosser avec des inconnus et au bout de quelques jours, c'est comme si on se connaissait depuis des dizaines d'années.

Ce week-end, j'ai retrouvé mon équipe d'août dernier. On avait gardé contact, certes, mais de manière minimaliste, internet aidant.

Et pourtant, quand on s'est retrouvé, c'était un mélange de "on s'est quitté depuis 3 jours" et "mon dieu ça fait une éternité je suis trop heureuse de vous revoir". C'est étrange, parce que ces trois-là, je ne les ai connus que 2 petites semaines dans ma vie, mais je crois n'avoir jamais vécu d'aussi heureuses retrouvailles.

Bon, ça ne marche pas toujours, j'ai travaillé avec d'autres animateurs, pendant parfois plus de temps, et ce n'est pas pour ça que j'ai gardé contact ou que j'aimerai les revoir, même si je n'ai rien à leur reprocher.

Là, c'est différent. Je le sais.
Il me semble que c'est complètement réciproque.
Et ça, vraiment... y'a rien de mieux pour retrouver le sourire !
 
 
Barbie
19 June 2009 @ 09:36 pm

Ça fait un moment que je n’étais pas venue ici…

Je ne sais pas trop pourquoi j’y reviens d’ailleurs, j’avais pensé tout arrêter.

Et au final, j’ai toujours besoin de revenir un peu dans le coin.

 

En ce moment, c’est pas tout beau tout rose ! Y’a plein de trucs qui clochent, qui vont de travers… et je repense à quelqu’un que je devrais oublier je le sais trèès bien. Seulement on approche de la date de notre rencontre et forcément j’y songe.

 

On ne s’est pas parlé depuis tellement longtemps, il est passé à autre chose et ne cherche même plus à entrer en contact avec moi… C’est con. J’aurai pu faire quelque chose peut-être. Mais faut croire que je suis destinée à rester une pov’ fille pas dégourdie qui est incapable d’être claire et d’oser prendre des risques quand je suis intéressée.

 

Je devrais penser au couvent, je crois que j’y ferai une très belle carrière.

 

Je devrai sortir, voir du monde. Prendre des initiatives quoi. Mais je n’y arrive pas, je n’en ai même pas l’envie. Je ne comprends pas comment les gens font. Et c’est dans ces moments-là que je regrette de ne pas avoir eu un frère ou une sœur un tout petit peu plus âgé que moi qui m’aurait appris quelques trucs et donné quelques conseils. Ou alors ça n’aurait rien changé du tout.

 

Je ne me sens pas seule, ce n’est pas le souci.

 

Je me demande juste si j’y arriverai un jour. Il parait que c’est quand on a 20 ans qu’on doit profiter de la vie, sortir, rencontrer des gens, vivre d’amour et d’eau fraîche… On en est loin.

 

Comme d'hab, ça ne changera rien de l’écrire, mais ça fait du bien d’extérioriser un peu de temps en temps.


Tags:
 
 
Comment je me sens ?: melancholymelancholy
 
 
Barbie
11 June 2009 @ 07:13 pm
ON A UN GARCON !!!!

HIHAAAAAAAAAAA !!!



Le roi Arthur vient de sauver notre nom de famille... et notre honneur (non, j'en fais pas trop lol)

Tags: ,
 
 
 
Barbie
02 May 2009 @ 08:55 pm
Il en faut du temps pour finalement se sentir bien avec ce qu'on a été.
Pour se rendre compte que le temps a passé, mais que ce n'est pas horrible ou terrifiant, que c'est juste normal et qu'on peut toujours aller de l'avant. Que la vie est là pour nous changer, nous mener à autre chose...

La personne que j'étais il y a trois ans, elle me plait toujours. Mais aujourd'hui, je me suis détachée d'elle, je la regarde avec un sourire aux lèvres, je suis heureuse de remarcher dans ses traces, je suis contente d'un long chemin qu'elle a parcouru, de l'évolution par laquelle elle a eu la chance de passer... Mais je ne l'envie plus.

C'était moi. C'est mon passé.

Je ne dis pas que j'ai changé tant que ça, je dis juste que ma vie n'a pas cessé après mon lycée, et qu'aujourd'hui, je fais plus de choses que je ne l'aurai jamais imaginé avant. Pas besoin de me demander où je serai dans 10 ans, quand je vois où j'en suis 3 ans après, je me dis que c'est impossible de prédire l'avenir.

Des choses espérées se sont produites, d'autres pas encore, et d'autres certainement jamais.
Et d'autres très belles choses me sont arrivées, totalement imprévues, mais qui m'ont permis de passer à autre chose.
Complètement.

On dit qu'il faut du temps pour guérir d'une histoire d'amour. C'est vrai.
Il faut aussi beaucoup de temps pour guérir tout simplement de son passé.
Accepter que ce qu'on a vécu à été beau et qu'il le sera toujours à travers nos souvenirs, mais qu'il ne "sera" plus jamais.
Tags: ,
 
 
Barbie
20 April 2009 @ 07:01 pm

Je sais, je lui pique une de ses phrases favorites pour la revisiter, mais j’avais envie d’écrire quelques mots sur ce personnage aujourd’hui. Barney, c’est typiquement le genre de type qu’on préfère éviter dans la vraie vie. Celui sur qui on voudrait se défouler à coup de poings tellement il est ignoble et mesquin avec les femmes. Sauf que là, il n’est pas réel, il ne vit qu’à travers l’écran de la télévision, et du coup, il devient en quelques épisodes Le Type ! The Legen… wait for it… dary guy !

 

Voilà, Barney Stinson c’est ça :

Un collectionneur de filles d’une nuit.

Un amoureux transit des costumes qu’il porte à merveille (Suit up !).

Un grand fan de laser game.

Un magicien extra.

Un mec louche qui travaille dans une banque louche et qui fait des choses très louches pour gagner un salaire exorbitamment louche.

Un homme qui a toujours besoin de se sentir au-dessus de tous.

Un ami qui a toujours un truc à dire pour combler les blancs des conversations…


 

Parce qu’à chaque fois, c’est comme ça. Les types pas recommandables dans les séries, on apprend à connaître leurs mauvais côtés dès le début. Pas de surprises, pas de « oh non, quel salaud ! » (ou alors on le pense juste le temps du pilote)… Juste des phrases qui font mouche, des comportements plus que répréhensibles mais qui apportent tout le délire de la série, et des éclats de rire à gogo.

 

Quand on y réfléchit, HIMYM, ce n’est pas la série du siècle. C’est sympathique à regarder, certes, mais franchement, enlevez Barney et on perd tout l’intérêt.

 

Surtout que là, je me suis enfilée les 4 saisons en 2 semaines, et j’ai vu un très net changement qui m’a beaucoup plu. En fait, c’est comme pour tous les « bad boys », en fait, ce sont des blessés de la vie. Barney, sous ses grands airs de mec sûr de lui, il est très fragile.

 


Sa vie s’écroule le jour où il apprend que son frère gay va se marier, que sa première expérience sexuelle a été un désastre, qu’il va peut-être devenir papa avec une fille qu’il ne connaît pas, ou lorsque Ted décide de le rayer de sa vie ou qu'il devient le "fucking friend" de Robin…

 

Mais à chaque fois, tel le magicien qu’il est, il trouve un petit truc pour retourner la situation à son avantage. Et malgré le fait que ce soit pratiquement toujours dans les limites du raisonnable, j’aime voir les différents côtés de sa personnalité.

 

Oui, il est égoïste, mais il est prêt à tout pour aider ses amis à retrouver du boulot.

Oui, il est contre le mariage, mais quand Lily et Marshall se séparent, il n’hésite pas à aller la chercher sans prévenir personne.

Oui, il ne veut pas d’enfants, mais il saute de joie à l’idée de devenir tonton (sans compter le coup de la chaussette de Jérémy).

Oui, il joue souvent au type insensible, mais mettez-le en compagnon de son frère ou de sa mère, et vous verrez un petit gars charmant.

Oui, il collectionne les aventures d’un soir, mais son cœur semble s’être installé au Canada. Et même que c’est trop mignon à voir.

Oui, il est collant et parfois énervant à toujours se mêler de la vie des autres, mais il souffre d’un manque affectif dû à l’absence de son père.

Oui, il est matérialiste, entre son appart gigantesque et sa collection inépuisable de costumes, mais sans son argent, les 4 autres auraient loupé pas mal de choses dans leur vie.

Et oui, il se croit génial… et il l’est !

J’ai dit qu’il était prétentieux aussi ? Oui, bah ça, il le sait aussi. Tout le monde le sait de toute façon.


 

En résumant, Barney Stinson, c’est un peu l’anti-héros dans toute sa spledeur. Il n’essaye pas d’être gentil ou d’être méchant, il veut juste qu’on le voit, il veut être différent, et il l’assume pleinement. Et rien que pour ça, he is SO AWESOOOME !

Et est-ce que j'ai dit que Barney Stinson ne serait pas aussi Awesome s'il n'était pas interprété par le magnifique Neil Patrick Harris ? D'ailleurs, ça me fait rire, les commentaires qu'on peut trouver sur le web, soit disant parce qu'il est gay, on aurait pas le droit (nous les filles) de l'apprécier, et il faudrait remettre en cause la crédibilité de son personnage ? Que nenni, au contraire, c'est d'autant plus impressionnant quand on sait à quel point ils sont aux antipodes l'un de l'autre... Quoique, pour avoir regarder pas mal de talk-show dont il était l'invité, ça m'a l'air d'être un sacré numéro le NPH aussi. Si vous avez l'occas, regardez ses apparitions au Ellen DeGeneres Show, ses tours de magie sont tout simplement... légendaires !

Et pour le principe... nouveau design !! ^_____^
 
 
Comment je me sens ?: amusedamused
 
 
Barbie
10 April 2009 @ 04:42 pm
Je reviens de mon week-end parisien...

J'ai vu Patrick sur scène, en tout intimité et en acoustique, un moment véritablement magique.

Je ne saurai même pas vous raconter ça, ça se vit des moments pareils !

Juste qu'à un moment, sur "Bouge", le casino de Paris s'est transformé en Dancefloor, avec des lumières partout comme dans un bal des années 30, c'était magnifique.

Merci encore pour ces instants-là Patrick.
On s'en fiche du reste, qu'importe ce que les gens pensent ou disent autour de moi et plus loin, parce que quand ce type-là monte sur scène, on oublie tout le reste.
Et c'est juste paradisiaque !
 
 
Barbie
25 March 2009 @ 01:52 pm
Nouveau design, très épuré il est vrai. J'avais pas envie de me prendre la tête, juste de changer le header, et comme il y avait cette sublime photo de Katee qui me regardait... son petit sourire, qui semble dire "allez, c'est pas grave, BSG c'est fini mais nous on sera toujours là alors déprime pas !"

Plus facile à dire qu'à faire !
Enfin, j'ai encore 10 épisodes à voir. Donc, pour moi, c'est pas encore complètement fini !

Bref !
Voici un nouveau petit dessin (ça faisait longtemps !)



>> A noter : remise à jour de la section "coups de crayon" avec plein de Toby et quelques autres petits dessins !

Tags: ,
 
 
Barbie
22 March 2009 @ 01:15 pm
Un vieux dessin que j'ai retrouvé sur mon ordi... mais que je ne pouvais pas ne pas vous mettre (parce qu'il contient une petite perle linguistique !)



Tags: , ,
 
 
 
Barbie
16 March 2009 @ 06:27 pm

Après avoir essuyé plusieurs déviations (ainsi que les sautes d’humeurs de madame Medion) sur le trajet qui me menait vers mon deuxième week-end de formateurs, je suis finalement arrivée à bon port, bien plus facilement que la dernière fois. Un ravissant chalet, juste au bord de la mer, face au mont St Michel… et du soleil ! Bref un week-end qui s’annonçait sous d’excellents auspices.

Quelques jours plus tard, de retour dans mon « chez moi », voilà ce que j’en retiendrai :

- Que quand on vient à Cancale, on est obligé de goûter les huîtres (ou on passe habilement entre les mailles du filet).

- Que les repas viande/poisson/lard-compote, c’est quand même vachement plus agréable.

- Que le soleil, ça donne pas envie de travailler.

- Qu’on peut se lever le matin et attendre un temps de formation qui ne viendra jamais.

- Qu’on a déjà croisé des formateurs et qu’on a besoin de 3h avant de se souvenir des circonstances de notre rencontre !

- Que certains anciens inventent des chansons un peu bizarre pour gagner au Shabadabada (heureusement que les équipes étaient équilibrées ! ^^).

- Que oui monsieur, les jeunes aussi connaissent Dave ! (j’irai bien refaire un toooour…)

- Que ça sert à rien de vouloir bizuter les NF en promettant de les mettre à l’eau… surtout si on le fait pas à la fin.

- Que quand les fifous sont là, en force, c’est impressionnant mais on rigole drôlement bien.

- Qu’une fifou a eu « le cul bordé de nouilles » au Perudo.

- Qu’une formatrice possède un Yacht privé (si !).

- Qu’un autre est arrivé en retard juste pour se faire remarquer par l’assemblée ! (si, si !).

- Et qu’un autre se penche sur l’écriture d’un arrêté interdisant les guitares sur les sessions (en plus de l’alcool et des cigarettes… mais qu’est-ce qu’il va nous rester ?).

- Que Papa Patou a beaucoup d’enfants cachés (et encore… on ne sait pas tout… paraît même qu’il serait pacsé…).

- Que si on fait pas un bisou à tout le monde le matin, y’en a qui vont faire la tête…

- Que les combats de Sumo, c’est à la fois dangereux (on fait tomber les gens, on leur fonce dessus tête baissée, on règle ses comptes) et très fusionnel (combat collé-serré… hum…).

- Que les filles ne sont pas les dernières à castagner !

- Qu’on a même failli en perdre un qui a fini la soirée à se traîner sur le sol.

- Que si le vent nous abandonne, on troque les chars à voiles contre des karts.

- Que les séparations jeunes-nouveaux-petits (barrez les mentions inutiles) et vieux-anciens-grands formateurs (même consigne) formateurs, ça peut aider à délier les langues.

- Mais que c’est loin d’être une mauvaise chose pour tout le monde (la communication, y’a que ça de vrai !).

- Et qu’en plus, au final, c’est tous ensemble qu’on se marre le plus !

Parce que c’est important de le dire, mais ces WE, c’est un peu comme les sessions de formations.
Ce sont avant tout des rencontres !

 
 
Barbie
08 March 2009 @ 08:40 pm
Vendredi dernier, c'était le concert des Enfoirés, enfin ça diffusion à la télé.

Bien sûr, Patrick y était.
Techniquement, mes 2 Patrick y étaient d'ailleurs, Fiori et Bruel.
Mais là, je parle surtout du deuxième ^^

La 17e fois qu'il faisait l'enfoiré. Le plus ancien derrière Goldman, et ex-aquo avec Palmade.
Pas mal hein ?

Il a été formidable, vraiment, une édition où il est là, présent, j'aime !

Là, il a eu le droit à sa belle chanson, avec "Je n'attendais que vous"
Avec sa chanson bêbete, avec "Si tu vas à Rio"
Avec son "Marre de cette nana-là" où il a ssuré ses propres choeurs !

Et puis, il y a ce qu'on ne voit pas. Ces temps morts qui disparaissent à la télé mais que le public présent au concert voit. Ceux où les artistes se changent, où les décors se montent et se démontent...
Pendant ce temps-là, il faut faire "patienter" le public.
Et quand Patrick s'y colle, ça donne ça :



Et voilà pourquoi je l'admire autant ce type.
Dès l'instant où il est sur scène, qu'importe si les gens sont là pour lui ou non, il fait le show.
Il fait chanter tout le monde.
Il met le feu.
Une vraie leçon à retenir !

Allez, je vais tenir le coup... plus qu'un mois à attendre et je vais le voir au Casino de Paris !!!!!!
Lui, tout seul sur scène.
Et nous, dans la salle... ça promet !
 
 
Barbie
02 March 2009 @ 12:12 am
J'avoue que je suis loin d'être fan de cette demoiselle...

Mais là, elle m'a vraiment bien fait rire. C'est du grand numéro !

Et puis, zut quoi, Sean Penn ! Merdreuh ! Un bisou ! Je suis jalouse !!!!


 
 
Barbie
01 March 2009 @ 04:25 pm
En ce moment, pour la fac, je bosse sur l'Inde et sur Bollywood en particulier.

Sur le net, je trouve de plus en plus de perles, qui me donnent envie de voir les films en entier, parce que vraiment, on doit passer de bons moments devant. Des airs de Disney avec des personnages en chair et en os ^^

Et là, alors que je m'attaque à a filmographie du plus populaire de Khan, je tombe sur cette charmante reprise extraite du film "Kal Ho Naa Ho".



C'est du pur délire, mais quand on sait à quel point les cultures anglaise et indienne se rejoignent... Finalement, ce n'est pas étonnant. Le kitsch, ça dépasse les frontières !
Au passage, 40 balais le jeune homme au pantalon orange fluo... "anime ton corps motive ton âme", il a tout compris.
Je vous laisse savourer par vous-même !
 
 
Barbie
26 February 2009 @ 01:06 am
Je sais qu'il est tard et qu'à cette heure-ci je devrai dormir parce que j'ai cours tôt demain matin (enfin, tout à l'heure plutôt)...

Mais je viens de tomber sur quelque chose qu'il faut absolument que je partage avec vous, c'est pas possible autrement.

Mon mari a encore fait des siennes !



Il a tombé la serviette !!!!!

Si, souvenez-vous...

Miam...

Bonne nuit ^___^



Tags: , , ,
 
 
 
Barbie
24 February 2009 @ 12:55 pm
D'abord, je voulais dire un petit mot sur la cérémonie des oscars 2009...
Hugh Jackman, il est fort. Très fort.
Très très fort.
Sérieux, sa présentation, j'ai halluciné. C'est pas chez nous qu'on oserait faire un truc pareil. Et encore, si quelqu'un en avait le cran, je suis sûre qu'on le lui reprocherait par la suite... Pfff....

Après, le succès de "Slumdog Millionaire".
J'ai pas encore fait d'article sur ce film, mais ça ne saurait tarder, parce que j'ai été époustouflée.
Il va rentrer dans mon Top 10, c'est certain.

Enfin, transition extra...
Je mange de film bollywoodien depuis hier, je rigole beaucoup à les voir danser dans des décors plus kitsch les unes que les autres, avec des scénarii pas toujours très poussée... et pourtant, certains sont superbes, et la musique... je suis en train de devenir fan.
Son très intéressant.
Vivement qu'on présente tout ça en cours d'Anglais.
 
 
Barbie
22 February 2009 @ 03:45 pm
Me voilà de retour de cette formation... enfin, de ce premier gros plongeon dans la formation.

Elle aurait pu être pire, elle aurait pu être mieux.
Je crois que j'aurai surtout pris conscience qu'on ne peut jamais être parfait dans ce qu'on fait.
Il y aura toujours des choses à revoir, à améliorer, à remettre en cause.
Et puis d'autres belles choses, qu'il ne faut pas noyer sous les aspects négatifs.

Je l'ai aimé cette session.
Ce groupe de stagiaires dynamiques et pleins de bonnes idées.
Ces formateurs que ne connaissaient pas et qui m'ont gentiment accueillie.
Ce passage de l'autre côté de la barrière où j'ai donné tout ce que j'avais et le retour positif de l'équipe qui en a découlé.

Mais voilà, si je continue (enfin, je veux continuer), il va falloir que j'accepte ça : on ne peut pas contenter tout le monde, on ne peut pas être parfait et être des deux côtés de la barrière.
On fait des choix, on tente, on essaie, et on a le droit de se tromper.
On a aussi le droit de se faire entendre, de dire quand ça va pas ou qu'on sent que ça pourrait se gâter.
On a le droit d'être humain, de pleurer, de rire, d'accrocher avec certaines personnes et pas du tout avec d'autres.

Nous aussi on a le droit à l'erreur et au doute.
On est pas inhumain, mais on est là pour quelque chose de précis.
Voilà sur quoi je travaillerai plus la prochaine fois.
Cette acceptation de ma condition.
Je ne peux pas être parfaite, je ne peux pas faire en sorte que tout soit parfait.
Rien ne sera jamais parfait.
 
 
Barbie
08 February 2009 @ 07:16 pm
- Regarde, c'est spectacle-lunaire !

[Roméo, 5 ans]


- Y'a une voiture qui nous suit, elle va nous rattraper. Appuie à fond les gamelles !

[Malo, 4 ans]


- J'aime bien les pokémons.
- Tu connais ça ?
- Oui, j'adore Pakachu.

(sachant que sur le coup j'ai compris "pate à chou")

[Malo, 2.0]
 
 
Barbie
04 February 2009 @ 06:21 pm
Hier soir, j'avais vu le spectacle de Michel Boujenah et franchement, j'avais déjà beaucoup d'admiration pour ce grand monsieur, et là... j'ai été totalement éblouie. Du pur bonheur !

Et quand il s'est mis à déclamer ce charmant poème... c'était juste irrésistible !

Madame quel est votre mot
Et sur le mot et sur la chose
On vous a dit souvent le mot
On vous a fait souvent la chose

Ainsi de la chose et du mot
Vous pouvez dire quelque chose
Et je gagerais que le mot
Vous plaît beaucoup moins que la chose

Pour moi voici quel est mon mot
Et sur le mot et sur la chose
J'avouerai que j'aime le mot
J'avouerai que j'aime la chose

Mais c'est la chose avec le mot
Mais c'est le mot avec la chose
Autrement la chose et le mot
A mes yeux seraient peu de chose

Je crois même en faveur du mot
Pouvoir ajouter quelque chose
Une chose qui donne au mot
Tout l'avantage sur la chose

C'est qu'on peut dire encore le mot
Alors qu'on ne fait plus la chose
Et pour peu que vaille le mot
Mon Dieu c'est toujours quelque chose

De là je conclus que le mot
Doit être mis avant la chose
Qu'il ne faut ajouter au mot
Qu'autant que l'on peut quelque
chose

Et que pour le jour où le mot
Viendra seul hélas sans la chose
Il faut se réserver le mot
Pour se consoler de la chose

Pour vous je crois qu'avec le mot
Vous voyez toujours autre chose
Vous dites si gaiement le mot
Vous méritez si bien la chose

Que pour vous la chose et le mot
Doivent être la même chose
Et vous n'avez pas dit le mot
Qu'on est déjà prêt à la chose

Mais quand je vous dis que le mot
Doit être mis avant la chose
Vous devez me croire à ce mot
Bien peu connaisseur en la chose

Et bien voici mon dernier mot
Et sur le mot et sur la chose
Madame passez-moi le mot
Et je vous passerai la chose


Abbé de l'Attaignant (1697 - 1779, Chanoine à Reims)

 
 
Barbie
02 February 2009 @ 09:56 pm
Me mater le dernier Doctor WHO
Voir la saison 4 de BSG qui a repris depuis quelques semaines déjà
Regarder peinard les rediffs de FRIENDS
Me glisser sous ma couette bien au chaud
Finir cette histoire de vampire-loup-garous que j'ai laissé sur le feu
Faire du sport
Sortir avec mes copines
Discuter pendant des heures
Rire
Dormir

Me changer les idées

Tags:
 
 
 
Barbie
29 January 2009 @ 10:39 pm
Ok, c'est pas la joie en ce moment.
Tout ça pour "une" personne, c'est vraiment navrant, je le sais.
Et le pire c'est que je ne peux m'en prendre qu'à moi-même.
Parce que si je le voulais vraiment, je l'écrirai ce mail, je les sortirai ces mots qui bouillonnent en moi, et j'aurai peut-être une réponse.
Positive ou négative, qu'importe... mais une réponse.
Et après, j'en ferai quoi ?

De toute façon, je trouverai toujours une excuse.
C'est navrant, lamentable, mais c'est comme ça.
En plus, j'ai vécu des situations tellement plus compliquées. C'est pas la 1ere fois que je me retrouve à me demander si je dois aller parler à quelqu'un de ce que je ressens.
La première fois, j'ai attendu 6 ans, puis un jour sans comprendre pourquoi, j'y suis allée, c'est sorti sans prévenir alors que j'avais gardé ça enfoui durant des années, ça c'est passé bizarrement, depuis on ne se parle (presque) plus et quand je l'ai revu la dernière fois, il avait l'air plus embarrassé que moi.
La seconde fois, on se connaissait sans se connaitre, j'ai pas vraiment pris le temps d'y réfléchir, non pas que je ne le pensais pas, mais c'était tout frais, mes mots ont été maladroits, mais 6 mois après, je me dis que j'ai bien fait, que ça m'a permis de me rendre compte de ce que je voulais vraiment, on est amis, tout va bien, et je crois que c'est la meilleure chose qui pouvait nous arriver.
On dit "jamais 2 sans 3"

La voilà ma 3eme fois, celle que j'avais pas du tout prévu.
Et ça me dépasse, parce que je ne contrôle rien. Je peux pas prévoir quoique ce soit, parce que je ne sais pas qui il est, je ne partage pas son quotidien, je ne sais pas s'il s'est comporté différemment avec moi, si j'ai réellement vécu tout ça, s'il y a vraiment quelque chose entre nous...
"Attractif mais effrayant", voilà comment ma petite philosophe perso a su résumer les choses.
Quand c'est important pour soi, on doute. Trop.
On perd son courage.
On croit qu'il nous échappe.
Alors qu'en fait, c'est le doute qui le masque.
Qu'est-ce que j'ai vraiment à perdre de tenter le coup ?
Je ne sais même pas ce que je veux, moi, j'ai juste besoin de savoir ce qu'il attend de moi.
En imaginant que lui-même le sache.


Pétard... je devrais arrêter les pensées nocturnes, surtout quand j'ai si peu d'heures de sommeil dans les pattes ^___^


Edit 2:30
Bon... ça y est c'est fait... 3eme mission activée...







 
 
Barbie
28 January 2009 @ 09:39 pm

En quoi consiste réellement un grand format ?

C’est la question que je me suis posée avant ce week-end, puisque je n’avais aucune idée de ce dans quoi j’allais mettre les pieds…

Et après deux jours, voilà les conclusions auxquelles je suis arrivée : un grand format, c’est un regroupement de formateurs qui viennent se rencontrer pour parler, pour débattre, pour continuer leur formation… et blablabla, et blablabla… C’est ce qui est écrit sur le papier, et évident il y a de cela.

Mais la réalité est encore plus riche… On débat, on échange ses idées, on réfléchit, on discute, on écoute, on met au point de nouvelles méthodes de formation, on analyse sa pratique, on élabore de nouveaux stratagèmes, on tire des plans sur la comète, on organise des expériences sur de futures sessions. Parfois, on tourne en rond aussi. On parle, on s’amuse, on déconne, on sort des anecdotes à la pelle, on prend plusieurs fois l’apéro, on mange bio végétarien, on découvre l’envie irrésistible et le besoin incontrôlable de dévorer un steak, et la nuit, on rêve à la création d’un approfondissement « chasse et pêche »…

On part à l’aventure dans la brousse rennaise, on vit en communauté, on partage sa chambre et ses draps de couleurs, on vit séparer de ses voisins par des cloisons épaisses comme du papier plume, on se douche dans des endroits improbables (comme des sous-sols troglodytes), on dort trois heures par nuit et encore, ça, c’est quand il n’y a pas une coupure d’électricité inattendue et une alarme stridente qui se déclenche et hurle jusqu’au petit matin. On découvre des visages, des personnalités dont on a préalablement entendu parler, et on se rend compte que souvent, la réalité des personnages dépasse largement la réputation qui les précède. On n’a peu de temps pour se familiariser avec tous les surnoms des formateurs, mais on les intègre rapidement, on se débrouille comme on peut pour récolter des informations sur chacun, on en apprend un peu trop parfois. On découvre les sujets officieux des grands formats comme « directeurs, formateurs, accouplons-nous… ». On s’informe sur les clubs libertins de Bretagne. On lutte contre l’intimidation de certains par parrainage officieux ou par tentative de corruption par bière pré décapsulée sous son nez. On se retrouve dans des situations qui nous oblige à mettre en place des stratégies mathématiques si on ne veut pas paraître ridicule (ou alors on accepte qu’on est vraiment pas douée au Perudo), on marque son territoire en placardant sa pub à côté de celle de la concurrence, on espère des ordinateurs portables et des connexions wifi sur tous les lieux de formation, on se fait enrôler et on tombe à genoux pour idolâtrer Dieu, on a une pensée émue pour celles qui ont aider à écrire l’histoire de l’association et que l’on brade sans scrupule dans le hall d’entrée…

Bien sûr, tout ceci relève d’une impression personnelle, et il y a de grandes chances qu’à chaque fois, les choses changent. Mais une chose est certaine : quand on a passé du temps avec eux, quand ce grand format prend fin, qu’on rentre chez soi, qu’on roule seule dans sa petite voiture et qu’on prend déviation sur déviation parce que la Vilaine a débordé de son lit… A ce moment-là, on ne pense qu’à une chose : choper le virus à son tour.
Et le plus rapidement possible.



 
 
Qu'est-ce que j'écoute ?: long train runnin
 
 
Barbie
17 January 2009 @ 03:25 pm
...  
Pas de titre à cet article parce que je suis restée sans voix...

Même si j'appelle gentiment Patrick Fiori mon "patrick de substitution" quand Bruel n'est pas là... Wouah, là, quand j'ai entendu ça, j'en avais la chair de poule.

Peut-être que les paroles, c'est pas de la grande littérature.
Et peut-être que cette chanson est niaise à souhait.


Découvrez Patrick Fiori!


Mais bon sang... quelle voix !!!
 
 
Barbie
14 January 2009 @ 10:28 pm
C'est fini !

Oui, fini !

Fiiiiini, fini, fini, fini... Youpi !

*pour ceux et celles qui ont besoin d'un décodeur, la pov' fille qui écrit dans le coin vient tout juste de terminer ses partiels*

*elle en est ravie, tout se passe bien, ça la rend radieuse*

*mais quand même un peu folle parce qu'elle parle d'elle à la 3e personne*

Alaaain sors de ce corps immédiatement !
Tags: ,
 
 
Barbie
06 January 2009 @ 11:43 am

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler d’un jour que j’ai découvert l’année dernière (et même si je sais que beaucoup de gens connaissent et bah tant pis !) : Les Loups-Garous de Thiercelieux.




Le principe ?

Un village sous la menace d’une bande de loups-garous, dont personne à part eux ne connait les identités. Chaque nuit, ils se réveillent et désignent une victime. Au petit matin, tout le village est mis au courant des événements de la nuit, il débat et choisit une personne à exécuter en signe de « riposte ».

Le but du jeu était pour les villageois d’éliminer tous les LG, et inversement.

 

Heureusement, les villageois ne sont pas complètement démunis face au danger.

Certains sont de simples villageois de base, n’ayant comme droit que celui de débattre et de voter, mais d’autres possèdent des pouvoirs spéciaux. Il y en a pas mal mais je n’ai jamais appris à jouer avec la totalité de ces personnages.
Il faut croire que l’on est conditionné à jouer selon la manière dont on apprend, et comme ils ne sont pas tous indispensables au jeu (certains personnages sont assez rébarbatifs, voire inutiles), ceux qui y jouent depuis longtemps on leur préférence...  Donc je ne présenterais que ceux que je connais bien (extension "nouvelle lune" incluse) :

 

  • La sorcière, qui possède deux potions (une de guérison et une d’empoisonnement) et qui peut les utiliser une fois chacune sur la personne de son choix (ou elle-même).
  • La voyante, qui a le droit de découvrir l’identité d’un villageois chaque nuit.
  • La petite fille, qui peut discrètement ouvrir les yeux lors du conseil de LG (mais attention à ne pas se faire voir !)
  • Le chasseur, qui une fois mort, emporte la personne de son choix avec lui dans la tombe.
  • Cupidon, qui désigne deux amoureux, liés l’un à l’autre durant toute la partie. Si l’un est tué, l’autre meurt immédiatement de chagrin.
  • Le salvateur, qui offre chaque nuit l’immunité à la personne de son choix (ou lui-même)
  • L’ancien, qui a le droit à deux vies.
  • Le joueur de flûte, qui charme chaque nuit deux joueurs, et dont le but est de charmer la totalité du village avant que les LG ou que les villageois ne gagnent.

 

Même je pense avoir été enrôlée pour être Voyante ou un LG à vie (le nombre de parties où j’ai endossé une autre identité se comptant sur les doigts d’une main), je rêve secrètement d’être le Salvateur un jour. Je ne sais pas, je me dis que si on arrive bien à analyser le jeu, on peut apporter une aide très précieuse. Quoique, Sorcière, ça me plairait bien aussi !

 

C’est un jeu extra en soirée, quand on est un bon petits groupes, ça demande un esprit d’analyse, de stratégie… Il faut savoir argumenter pour se défendre ou pour faire adhérer les autres à sa thèse. Et qu’importe le camp auquel on appartient, il faut toujours lutter pour sa survie.

 

Mais bon, à côté de ça, il y a vraiment des pros avec lesquels c’est presque impossible de jouer… Parce quand au bout d’une tour, ils savent déjà qui est qui, c’est dur de se défendre si on n’appartient pas à leur camp. Cela dit, j’ai appris à jouer lors de mon Bafa, j’y ai rejoué en colo cet été, et avec mes copines dans l’année (même si on n’était pas beaucoup) et franchement, j’adore ce jeu. Ça demande peut de moyens (seulement le jeu de cartes et encore, si on a rien, quelques morceaux de papiers écrire les rôles suffisent) et c’est très convivial (si on ne force pas les gens à jouer bien sûr).

 

Ce que je préfère, ce sont les alliances, les gens qui sont trop gentils pour être LG et qu’on soupçonnent jamais, ceux qui parlent pas, ceux qui parlent trop, ceux qui ont toujours le même rôle, ceux qui font exprès de faire des drôles de bruits la nuit, ceux qui en profitent pour régler des comptes à demi-mot, ceux qui font tout pour gagner, ceux qui le font juste pour se marrer, la manière dont le narrateur contrôle son histoire, l’ambiance que l’on crée autour…

 

On commence sans savoir quand on finira (parce qu’une partie en soi ne dure pas forcément des lustres, mais quand on les enchaîne… on en a pour toute la nuit !), et on est juste content d’être là, ensemble, à jouer et à comploter comme des grands enfants.

Et voilà ce que j’aime.



 
 
 
Barbie
05 January 2009 @ 01:48 pm
Comment faire pour se plaire ?
On est de la même terre mais pas du même monde
Quel enfer de se taire
Et comment se parler, ne serait-ce qu’une seconde ?
Rien ne sert, des préjugés, des codes, des barrières...

Donne-moi une chance
Donne-moi au moins un concours de circonstances
Donne-moi une chance
Donne-moi au moins un doute, une coïncidence
J'ai le corps qui t'appelle et le cœur qui te pense
Donne moi une chance
Dans la foule infidèle, accorde moi une danse
Et donne moi une chance

On s’évite, ça excite
Bien sûr, l’indifférence attise les envies
Des regards qui s’égarent
On a beau le vouloir, l’Autre nous l’interdit
Et l’on part
Mais dis moi où peut-on se revoir ?

Donne-moi une chance
Donne-moi au moins un concours de circonstances
Donne-moi une chance
Donne-moi au moins un doute, une coïncidence
J'ai le corps qui t'appelle et le cœur qui te pense
Donne moi une chance
Dans la foule infidèle, accorde moi une danse
Et donne moi une chance

Laisser aller nos êtres
Apprendre à se connaître,
Un jour, un soir
Et si nos âmes s’attirent
Ne plus rien s’interdire
Et puis voir ce qu’on peut devenir

Comment faire pour te plaire ?
On est de la même terre mais pas du même monde
Quel enfer de se taire
Et comment se parler, ne serait-ce qu’une seconde ?

 


Rien ne sert, des préjugés, des codes, des barrières...

Donne-moi une chance
Donne-moi au moins un concours de circonstances
Donne-moi une chance
Donne-moi au moins un doute, une coïncidence
J'ai le corps qui t'appelle et le cœur qui te pense
Donne moi une chance
Dans la foule infidèle, accorde moi une danse
Et donne toi une chance...


Grégoire - Album "Toi + Moi"

 
 
Barbie
02 January 2009 @ 10:23 am

... de les ressortir du placard (ou en l'occurrence, des "archives" du blog ^^).

C'est qui qui ?
C'est les résolutions du début de l'année pardi !

 

Retour en arri�re...Collapse )

 



2009 ?

Je reprends les mêmes, mais avec quelques modifications...

01. Obtenir ma licence :
Et oui, ça y est on arrive dans la dernière ligne droite, y'a pas de raison que ça ne se passe pas bien mais bon... Ce n'est pas la licence en elle-même qui m'inquiète un peu, c'est plus l'incertitude de l'avenir, de se demander où je serai en septembre prochain, donc dans 6 mois... J'espère obtenir la réponse rapidement !

02. Rencontrer "l'homme de ma vie" (ou pas) :

Parce que la solitude, ça commence à peser, et qu'en même temps, je ne me fais pas d'illusions, le prince charmant, s'il existe, je ne le trouverai pas si je le traque. Et puis, même si on me dit de passer à autre chose, j'ai envie d'aller jusqu'au bout, d'avoir la réponse finale, je me sens même capable de me battre pour lui si je perçois la moindre possibilité (puisque je reste convaincue que je n'aurai jamais dû le rencontrer mais parce que c'est arrivé, il y a une raison à tout, et si ce garçon-là est entré dans ma vie, ce n'est sûrement pas par hasard). Et puis, zut, j'oublie pas qu'au début, c'est lui qui a commencé à flirter. Donc, peut-être que le mot "rencontrer" n'est pas l'idéal. Chercher à savoir où le destin veut nous mener tous les deux, ce serait plutôt ça.

03. Etre avec mes amis :
J'ai besoin d'eux, j'ose espérer qu'eux aussi. Ce qui est certain, c'est que ce nouvel équilibre auquel je suis parvenue me convient parfaitement. Et puis, j'ai enfin compris que des amis, on peut en avoir à plusieurs degrés. Ceux du quotidien avec qui j'aime passer un max de temps, ceux du passé que j'aime revoir, ceux plus "professionnels" avec qui je vais être amener à bosser et à beaucoup rigoler... Ma résolution, La Vraie, c'est de ne plus être seule ! Comme dirait Dieu, y'a que dans l'altérité qu'on existe (comprendra qui pourra !).

04. Faire table rase et choisir :
Je n'arrive plus à écrire, je dois le reconnaître. Peut-être parce que l'écriture, c'était un moyen de vie par procuration, pour combler les manques de ma propre vie... Je n'ai plus d'inspiration. Et alors ? Je ne vais pas en mourir, tant pis. Si un jour ça revient, tant mieux, sinon, je passerai à autre chose.

05. Me donner de nouveaux objectifs :
Parce que permis, c'est fait (yattaaaaaaaaa !). Idem pour le Bafa. Maintenant, je passe la vitesse supérieure, je passe la barrière des formateurs, et j'ai hâte de commencer (pour le bafa hein, pas pour le permis, je suis pas maso à ce point-là quand même !)

06. M'accorder des temps de repos et de sérénité :
Je suis beaucoup trop stressée, et maintenant que j'ai trouvé un moyen de souffler, je ne vais pas le lâcher. Je compte m'accorder plusieurs semaines de déstressage dans l'année, des semaines coupées de mon quotidien, loin de mes parents, des études... mais pas seule, bien entourée.

07. Respecter mes engagements :
Etre présente pour mes amis dès qu'ils en auront besoin. Prendre mes responsabilités à coeur dans le boulot. Et tenir mes engagements (tout ce que je commence je compte bien le finir).

08. Trouver un nouveau passe-temps :
Je ne dis pas que je fais une croix sur le Théâtre, je pense qu'un jour, j'y retournerai. Mais la scène, c'est encore trop en lien avec Art dra, et j'ai besoin d'autre chose je crois. Je recherche trop à recréer cet univers et ce n'est pas bon. Alors je veux mettre ça de côté et me concentrer sur la musique. Nouvel univers, nouvelles personnes, nouveaux projets...

09. Faire le deuil de Battlestar Galactica :
C'est bientôt la fin, la fin d'une belle aventure, d'une série exceptionnelle... ça va être difficile pour moi. C'est pourquoi je comme, ce déjà, j'essaye de ne pas m'emballer à l'idée d'avoir toutes les réponses aux questions. Si je m'emballe, la chute sera encore plus dure. Il faut que cette série reste un exemple, un puit de beaux souvenir, et pas un sujet de dépression dès que j'y repenserai (idem avec le départ de David Tennant dans Doctor Who... bouououh...).

10. Rester optimiste :
On s'en fiche si tout ne se passe pas comme prévu. L'imprévu aura du bon (2008 me l'a prouvé). Et puis, il y a des gens qui auront besoin de mon optimisme, je ne devrai pas leur faire faux-bond. Mais attention, optimiste, ça ne veut pas dire "croire en l'impossible", il faut rester modérer. Je vois plutôt cela comme "voir le bon avant le mauvais".

Bref, en 2009, je me souhaite de garder cette joie intérieure, d'être "gni" le plus souvent possible, et de sourire à l'idée des projets qui m'attendent. Je me souhaite de rire, encore plus, de rencontrer des gens extras, de m'amuser, de vivre de beaux moments, plein d'émotion...
Je me souhaite juste de vivre, pleinement.
Parce que la vie par procuration, je veux définitivement tirer un long trait noir et épais dessus !

 

 
 
Barbie
30 December 2008 @ 09:01 pm

Bonsoir et tout le monde et avant toute chose, laissez-moi vous souhaiter avec un peu de retard un joyeux Nawel… ainsi que prochainement, une bonne année 2009.

 

Voilà, deux heures que je suis de retour à la maison. Je rentre d’une FIF (cad une formation de formateur de session de Bafa) et comme d’hab, j’ai du mal à reconnecter.

Tout à l’heure, en racontant mes aventures à ma maman, je me suis rendue compte de beaucoup de choses. A vrai, ces six derniers jours, je me suis rendue compte de beaucoup beaucoup de choses.

L’animation, je ne sais pas pourquoi j’y suis venue au début. Sûrement que je voulais être avec les enfants, que je voulais voir ce que c’était, que j’avais un manque à combler vis-à-vis de mon enfance passée loin des colos… Mais aujourd’hui, je comprends enfin pourquoi tout ça est important pour moi.

Je ne veux plus être seule. J’ai passé 15 ans de ma vie à être solitaire, à me débrouiller sans l’aide de personne, à me la jouer perso, à écraser les autres s’il le fallait, à m’occuper comme une grande…

Puis un jour, je suis tombée dans le bain de la collectivité avec Art Dra, j’ai découvert une nouvelle façon d’être, je suis devenue une nouvelle personne, plus ouverte, plus amicale, plus fraternelle, plus solidaire (enfin j'espère ^^). Je pensais que les autres avaient besoin de moi, et que moi aussi, parfois, je pouvais avoir besoin d’eux.

Bien sûr, la relation duelle, c'est une très belle relation, qui apporte beaucoup aux deux "participants", mais elle a ces défauts. Elle est parfois réductrice et comme je l'ai déjà dit, il y a souvent un frustré dans l'histoire. Alors qu'un "vrai-bon" groupe, c'est une collectivité qui permet l'épanouissement de chaque individu. Il n'y a pas de laissé pour compte car même si on est en désaccord, chacun trouve sa place, du leader aux fourims, en passant par la tête de Turc.

Aujourd’hui, je sais que j’ai plus que jamais besoin d’eux. Je ne suis rien sans altérité, comme n’importe quel autre être humain. J’ai besoin d’échanger, de partager, de me sentir soutenir, de faire partie d’un groupe, de déconner, de construire collectivement…

J’ai dormi à peine 4h par nuit cette semaine, mes neurones ont tournés comme jamais, et pourtant, la première remarque de ma mère en rentrant c’est « tiens, t’as pas l’air du tout fatiguée ». C’est vrai, je ne le suis pas. Et ça n’a rien à voir avec le sommeil.

Je suis apaisée. Nerveusement et intellectuellement.

Ces coupures que je m’offre, c’est évident qu’elles me font du bien. Mais au-delà de ça, elles me changent, elles m’apaisent, elles me détressent. Elles me tranquillisent. Mon esprit n’est jamais aussi serein que dans ces moments où je pars loin de tout, pour vivre avec ces personnes que je ne connais pas.

Ce qui m'épate là-dedans, c'est que tout ça n'aurait jamais dû arriver. Je ne dis pas que je n'aurai jamais dû passer mon Bafa, j'en avais quand même l'intention au début... Mais ces rencontres... Ces personnes-là... Je n'aurai jamais dû marcher sur leur route. Si on s'est croisé, c'était pour une histoire de dates, ils n'y avaient qu'eux de disponibles à ce moment-là, j'aurai dû les cotoyer quelques jours avant de retourner à ma petite vie...

Quel bouleversement ! Au final, j
e m'incruste de plus en plus, et ils prennent une part de plus en plus importante dans ma vie. Et rien qu’à l’idée de savoir que j’ai « signé » pour recommencer avec eux dès les prochaines vacances, je suis heureuse. J’ai déjà envie d’y être.

Envie de rencontrer tous ces autres formateurs.
Envie de partager nos expériences.
Envie de débattre, d'être avec eux.
Envie de rire de leurs blagues nulles.
Envie de jouer.
Envie de ne pas se prendre au sérieux.
Envie d’être cette personne apaisée et sereine après laquelle je cours sans cesse.
Envie que les autres la voient aussi.
Envie de prendre du temps pour moi.

Et pour tous ceux qui viendront à ma rencontre, sans trop savoir pourquoi. Ceux qui débarqueront sans s’imaginer la richesse de cœur et d’âme qui s’offre à eux.

J’ai plus que jamais envie de les aider à l’apercevoir.


 
 
Barbie
29 December 2008 @ 07:26 pm
Voici un petit test que j'avais initialement fait le 9 août 2007 (donc ça remonte) et je me suis rendue compte qu'entre temps, beaucoup de choses avant changées...

Donc, petite remise à jour !

Cite ton top 6 de série tv :

1)    Battlestar Galactica

2)    Doctor Who

3)    House MD

4)  Gossip Girl

5)  Friends

6)     True Blood

 

  • Ton personnage préféré dans le #2 ?

(DW) Existe-t-il au monde un personnage plus remarquable que le Docteur ? Je pense que c’est impossible. Ce type est merveilleux.

 

  • Le personnage que tu aimes le moins le #4 

(GG) En fait, Jenny m’indiffère, et Nate est pas loin derrière quand on lui balance des storylines à deux francs. Mais bon, je dois aussi avouer que ces temps-ci, Serena et Dan commencent à me gonfler. En même temps, j’aime tellement Blair et Chuck que les autres ont l’air bien insignifiants à côté d’eux !

 

  • Que se passerait-il si un crossover avait lieu entre le #1 et le #5 ?

(BSG et Friends) J’aimerai bien voir Chandler dire « oh my god » devant la flotte, comme ça ils arrêteraient tous de croire en leurs dieux… Oh oui, et Ross en train de raconter l’histoire des dinosaures en plein milieu d’une bataille… il serait capable d’ennuyer un cylon ce type !

 

  • Ton couple favori dans le #6 ?

(TB) Sookie et Bill… la fascination entre une jeune donzelle qui lit dans les pensées et un buveur de sang… J’étais peut-être pas très bonne cliente au 1er épisode mais franchement, y’a une belle alchimie entre les deux persos, beaucoup de choses à travers leurs échanges de regard… j’adore.

 

  • Quels personnages du #3 et du #6 aimerais-tu voir se rencontrer ?

(House/TB) Bill et House. Rien que parce que Greg adorerait comprendre comment la mutation humain-vampire est possible.

 

  • Si tu devais passer la journée avec un personnage du #4, qui choisirais-tu et que feriez-vous ?

(GG) Avec Chuck j’aimerai bien, à condition qu’il m’aime bien et qu’il ne me considère pas comme son ennemie. Donc, pour prendre moins de risques, je dirais Dan. C’est un gentil garçon qui aime lire et écrire… On devrait se trouver quelques points communs.

 

  • Si tu pouvais changer un aspect de l’intrigue du #2, que changerais-tu ?

(DW) Je veux que Daviiiiiiid reste !!!!!!! De l’intrigue ? Ah, euh bah, j’aurai aimé que les choses se passent différemment entre le doc et Rose… Non pas que je n’aime pas la « fin » qu’ils ont trouvé à leur histoire, mais je n’aime pas savoir le docteur triste d’avoir perdu la seule personne qu’il ait jamais aimée… J’aurai aimé un vrai bisou entre eux en fait, sans possession de corps par un quelconque esprit ou par clone interposé…

 

  • Décris la relation (pas nécessairement romantique) entre deux personnages du #5 et explique ce que tu aimes chez eux ?

(Friends) J’aime beaucoup la relation frère-sœur de Monica et Ross. On oublie facilement leur lien de parenté parce qu’ils n’y font pas souvent allusion au quotidien, mais les moments où ils se remémorent le passé, où ils vont dans leur famille, où ils sont en compétition… j’adore. Surtout quand ils se battent à celui-qui-dira-le-plus-de-vacheries-sur-l’autre !

 

  • Si les personnages principaux (premier crédité au générique) du #1 et #3 se noyaient au même endroit, au même moment, qui sauverais-tu ?

(BSG et House) Peut importe qui y passe dans House, si Jamie est en face… mais bon, si jamais c’était Wilson ou House qui coulaient, je ferai un effort et je reviendrai les sauver !

 

  • Si tu pouvais changer l’ordre d’apparition des personnages dans le générique #4, que changerais-tu ?

(GG) Y’a pas vraiment de générique… mais au début de chaque épisode, les prénoms défilent… c’est vrai que Ed est crédité vers la fin, parce initialement son personnage ne devait pas rester… mais au final, c’est mieux comme ça, on garde le meilleur pour la fin.

 

  • Quel genre de personnage encore absent du #6 aimerais-tu voir apparaître dans la série ?

(TB) Un être humain sans tares psychologiques, sans perversions sexuelles, sans esprits psychopathes… Quelqu’un de normal quoi, ça ferait du bien pour souffler un peu !

 

  • Raconte ton épisode préféré du #2 ?

(DW) Doomsday… forcément… probablement le plus triste mais l’épisode offrant la plus belle scène d’adieux de toute l’histoire de la télévision… mur contre mur, mains contre mains… avec cette introduction, « je vais vous raconter comment je suis morte »… ce que j’ai pu en pleurer. Sinon, l’épisode des Anges en saison 3 « don’t blink », l’épisode de Noël sur le Titanic et l’épisode de Pompéi en saison 4 font également partie de mes préférés.

 

  • Si tu pouvais tuer un personnage du #1, qui choisirais-tu et comment t’y prendrais-tu ?

(BSG) C’est dur parce que j’aime tout le monde dans cette série. Peut-être Dualla même si au final, elle a jamais été réellement méchante. Je la livrerai aux cylons comme ça, je me salirai pas les mains. Ou alors, j’ouvre le SAS ^^

 

  • Si tu avais la possibilité d’aller sur un des plateaux de tournage du #3 et du #5, où irais-tu ?

(House/friends) Friends, ça va être difficile vu que la série est terminée… mais j’aurai bien aimé y être pour le dernier épisode, il devait y avoir une atmosphère particulière. Cela dit, si on me proposait un petit rôle de figuration auprès du grand docteur Gregory House, je ne refuserai pas !

 

  • Si tu devais avoir un rendez-vous avec un personnage, toutes séries confondues, qui choisirais-tu ?

Un rendez-vous galant ? Bon, alors un pas déjà pris, donc je raye Chandler (je veux pas recevoir les foudres de Monica), Chuck (je tiens à ma vie), Lee (c’est mission impossible de faire déplacer un président !), House (je suis pas folle non plus)… J’hésiterai entre Ross et Wilson en fait. Ross parce que mine de rien, les puits de sciences, ça m’éclate bien, et puis Wilson… vous connaissez Wilson avec les femmes quoi ! Oui, c’est ça, je choisirai Wilson.



 
 
Barbie
23 December 2008 @ 02:37 pm
Et oui, ça y est, nous y sommes...

Dernière ligne droite avant la fin de l'année, deux semaines pendant lesquelles on enchaine le super tandem Noel-Jour de l'An.

Je n'en ferai pas l'apologie, parce que je suis pas la dernière à dire que c'est pas toujours évident d'être heureux à ce moment-là, même si tout autour de vous, on parle cadeaux, fête, famille, réveillon, amour... Après tout, période de fête ou pas, la bon humeur, ça ne se commande pas.

Mon programme ?
Réveillon de Noël à 3
Déjeuner de Noêl à 5
5 jours d'exil dans le nord de la Bretagne pour le Bafa
Réveillon entre amis pour le 31
Révision de partiels

Merveilleux non ?
Allez, faut se dire que c'est qu'une fois par an, et puis que même si au début, on a peut-être pas le sourire, il finit par venir devant tant d'insistance.

Alors bonnes fêtes de fin d'année à tous !
Tags:
 
 
Qu'est-ce que j'écoute ?: Last Christmas - Wham !